vendredi 19 janvier 2007

Nem at work


La raison de mon départ, c'est cet homme.

Version Barbara Cartland:
C'était une jeune fille en fleur désireuse de parcourir le monde pour en prendre la pleine mesure sensorielle. Elle allait de rencontres en aventures tel un papillon sauvage.
Quand ses ailes la posèrent à Saigon, elle rencontra par un de ces hasards que cette malicieuse de vie nous reserve, un homme sublime nommé Henri. Le gentleman est directeur artistique pour un studio de mode et prend des photos magnifiques de la jeune fille.


Devenant complices avec une fugacité dont l'imprévisibilité de la vie nous fait l'offrande chaque jour, il lui propose de réaliser des films pour son studio.

Version Agatha christie:
C'était une jeune femme quand soudain...

Greg by Virginie

Version Christine Angot:
Oui. C'était une jeune femme. Oui. Une jeune femme. Elle était jeune et femme. Oui. La vie. Puis un voyage. La découverte. Oui. L'inconnu. Elle va mourir. Elle ne le sait pas encore. Oui. Tout ça est surfait. La mode? Oui, la mode (merde j'ai mis une virgule!).



Version Charles Bukowsky:
C'était une putain de gonzesse! Elle avançait dans sa chienne de vie comme on se ferait une ligne de coke à l'arrière du mini-van de James. Quel enculé ce James!
Elle avait envie de voir du pays, alors elle s'est barrée au Vietnam. Elle a rencontré ce type un peu chelou aux allures de beau gosse qui soit-disant tient une sorte de bar à pute sous couverture de studio de mode. Un studio de mode au Vietnam? C'est ça, prends-moi pour un con. C'est un bar à pute je te dis.






4 commentaires:

x a dit…

grande fan d'Agatha christie j aurais aimé une partie un peu plus dense..si tu pouvais y remedier ça serait cool
merci

Nemmy a dit…

Chère x,
Ta demande a été transmise à madame Agatha Mary Clarissa Miller dite Aghat Christie.
Nous espérons qu'elle répondra dans les plus bref délais. Ah, on me fait signe qu'elle est morte...

Oh ma Solange, comment t'écrire mon désastre a dit…

Mais lol ! Belle imitation de style... Je les reconnais bien là.

Un fou a dit…

Christine Angot forever!!!