vendredi 6 avril 2007

Ce qui Nem tue pas...

Me laisse en vie.


Et c'est déjà beaucoup...


Rappel des faits:

Je me vois confier la direction d'une emission de télé réalité de 52 épisodes, à raison d'un par semaine. Le concept est simple: Montrer une star vietnamienne dans son quotidien, le résumé d'une journée dans sa vie, la théorie du "c'est des gens comme tout le monde" quoi.
Sur un an donc (oui 52 semaines, un an tout ça, vous m'avez comprise)...
Le projet idéal, non seulement bien payé mais me donnant la possibilité de rencontrer toutes les personnes influentes du vietnam.
La productrice est une des meilleures amies de ma grande pote Hà...comment ça c'est qui Hà? Ralalala, vous me forcez à faire un sujet très long là! Bon, je vous la fait hyper courte!

Hà: 25 ans, ex-mannequin, directrice d'un studio concurrent d'Henri, doublé d'un studio de mariage(studio&bridal, là où Henri n'est que studio). Je l'ai rencontré par l'intermédiaire de mon ami Raphael. Depuis on est inséparable. C'est une femme remarquablement intelligente, subtile, drôle et ouverte d'esprit. Je l'aime mais d'une façon amicale...C'est étrange d'ailleurs, venant de moi disons, je ne la vois pas du tout sous un angle sexuel. Pourtant.......







Ca pourrait me venir à l'idée...
Ben non... o_O
Je crois que je l'aime au-delà de tout ça...C'est une relation atypique. On est très proche pysiquement mais ça c'est typique des vietnamiennes, enfin elle plus que les autres avec moi, mais c'est tellement pas ambigue, c'est simple, ca me repose. :)
N'ayant jamais été célibataire, je savoure...

Etape 1:
Je réalise le premier tournage, tout se passe très bien, la productrice est ravie de mon travail, je reçois tous les compliments du monde, elle est adorable avec moi, me rapporte tous les jours ces bébés-orange que j'aime tant. Le seul problème que j'ai rencontré, c'est l'incompétence de mon premier cameraman(heureusement j'avais demandé à Augustus mon pote de San Fransisco de venir sur le tournage avec sa camera). J'ai basé toute ma direction sur la camera 1 puisque c'est celle qui enregistre le son. Le problème fatal, vous le découvrirez ensuite, c'est que je cadrais moi-même la caméra 2(celle que j'ai utilisé pour les gros plans). Augustus était en free style sur la camera 3, j'avais juste envie de voir ce qu'il pouvait faire et l'inclure dans le budget du prochain tournage. Je n'avais donc pas la possibilité de suivre attentivement ce que faisait mon cameraman vietnamien. Mais chaque fois que je jettais un coup d'oeil, le cadre était mauvais, genre aucune symétrie. Exemple, un pot de fleur à gauche, un pot de fleur à droite, il va me couper le pot de fleur de gauche et laisser un mètre à côté du pot de fleur de droite, j'ai cru qu'il était vraiment con et incompétent, j'ai donc sollicité Augustus beaucoup plus que lui. Je lui demandais régulièrement si le son était bon et chaque fois que je demandais à écouter il changeait de prise... *suspense*

Au dérushage(le moment où je visionne les bandes, pour les non-experts audiovisuels), je constate que la camera 1 est totalement décadrée, qu'il y une partie du cache visible à l'écran sur la gauche, me flingant d'office 50% des plans, que le reste est filmé comme une merde sans aucun respect de ma direction, et totalement inutilisable avec un manque de bol terrible, genre un zoom, avec un sursaut de camera en plein milieu ce qui nique tout le mouvement. Je regarde les 2h du gars, rien n'est utilisable, tout ce qui pourrait l'être est bizarrement foireux sur un détails, je vais découvrir plus tard que c'est savemment étudié *suspense 2*
Le son est totalement dégueulasse sauf les passages où j'ai demandé à écouter. *suspense 3*
Ce n'était que le début des emmerdes, alors mon reflexe habituel a été de hurler, de m'arracher les cheveux de le maudire, de flipper, de me décourager, d'halluciner!

Je convoque la prod pour dire que le montage va me prendre beaucoup plus de temps, parceque je vais devoir oublier la mise en scène que je pensais faire, vu que je n'ai pas les plans necessaires et observer attentivement chaque secondes de ce qu'à filmé Augustus et trouver des idées de mise en scène avec que ce qu'il a filmé. Ils sont dégoutés, me soutiennent et virent le cameraman et me disent "Et dire qu'au début on l'avait engagé comme réalisateur!". Ouah, ça ne prend pas deux secondes pour que je pense que le gars a au minimum mis toute la mauvaise volonté du monde pour collaborer avec une jeune blonde qui venait de lui piquer son job et le poser en simple cameraman. J'ai été naive...

La suite est tragique, je prends un temps fou à faire le montage, j'ai rien, je passe des heures devant mon ordi, de nuit comme de jour, harcelée par la prod qui ne comprend pas que ça me prenne autant de temps. J'ai le coeur qui bat trop vite, des papillons dans l'estomac, je suis malheureuse, je bois trop de café, je ne dors pas, ne mange pas. Le son est quasi inutilisable, je fais beaucoup de séquence musicales.Le projet rêvé se transforme en cauchemar et je constate que je n'ai pas du tout le final cut, je dois refaire le montage maintes et maintes fois.
Je nique la dead line, le lancement est repoussé, je n'ai que des mésaventures, des coup de pas de bol comme jamais. Les deux autres tournages avaient été réalisé dans des conditions atroces, la prod ne m'adressait plus la parole, ne mangeait plus avec nous...J'avais une boule dans le ventre sur chaque tournage. Finalement on a arreté le conteur à 3 le temps que je finisse le montage du pilote. Et le jour où je finis le film, je n'ai pas une seconde pour savourer...J'étais au studio de ma pote Hà pour chopper la police de caractère Vietnamien pour mon générique, épuisée mais soulagée d'êtr eà la fin du calvaire et qqn pose un verre d'eau à côté de mon ordi...que je ne vois pas...Je me retourne pour dire à mon assistant que ça y est j'ai fini et paf, je renverse le verre d'eau partout sur mon ordi. En un reflexe désespérée(j'étais à bout, fatiguée, vidée), j'enlève la batterie et je cours au soleil. Je ne réfléchis plus, mon cerveau s'arrête. Je reste assise en plein soleil, mon ordi dans les bras et là, je pleure toutes les larmes de mon corps(en essayant tout de même de ne pas en mettre sur mon ordi). Je reste sous un soleil de plomb, tétanisée, pendant une demi-heure, les yeux dans le vide, attendant de me réveiller de ce cauchemar. Pendant mon black out, Hà appelle son informaticien, des amis d'un studio de montage pour que je puisse finir le film(le plus gros du film est sur un disque dur externe, épargné par l'eau)puis viens vers moi, me prends dans ses bras et m'emmène boire un verre. Je laisse mon ordi au soin de son informaticien et je marche avec elle...comme un zombie. Là, je pense à la France, à rentrer, à fuir la future colère de la prod qui pense que je suis un porte-poisse, que s'il y a autant de problèmes, ça ne peut être que ma faute...Ce que je comprends tout à fait, j'attire toutes les merdes sur ce projet, chose qui ne m'est jamais arrivé de ma vie. Je conçois que cela soit beaucoup plus facile de tout me fouttre sur le dos.
Je nique la seconde dead line, la prod est hystérique...Je décide que qqchose de plus fort que moi est en train de me tester et que je ne dois pas lacher l'affaire, ni Dieu, ni maitre, c'est pas le problème, je me le dois à moi-même. Je finirais ce putain de film même si je dois en crever. C'était devenu mon obsession. Je trouve une force et une énergie au fond de moi, dont j'ignorais l'existence. Le plus important ce ne sont pas les problèmes que l'on rencontre dans la vie, mais notre capacité à les résoudre.
Et là, un petit coup de pouce...Mon disque dur interne fonctionne, l'informaticien me le met dans une boite pour le connecter en externe.
Je passe le lendemain dans un studio avec des petits gars vietnamiens étudiants mais déjà super doués. Ils sont tous fous de bosser avec moi et sont au petit soin, ça m'a fait du bien...Je re-finis le film et commence la gravure et dis à la prod que c'est bon pour la conférence avec les sponsorts ce soir. Et là, je visionne le dvd après 2h d'encodage et de gravage et la qualité est totalement pourrie(ils me l'ont par mégarde fait en NTSC et non en PAL). Là, je m'effondre parceque je sais que je nique la 3ème deadline et le meeting avec les sponsorts et que même si je n'y suis pour rien, comme depuis le début, je suis fouttue...
Les mecs du studio me voient dans cet état et prennent soin de moi, on passe une nuit blanche tous ensemble à refaire le film en Pal, ils me forcent à manger, m'apportent des clopes, me soutiennent, alors qu'ils ne parlent pas vraiment anglais ni moi vietnamien. Ces mecs-là c'est mes héros. Grace à eux, je me sens plus forte que jamais et je me dis que tout ce qui m'arrive, ce n'est pas pour rien, ces 3 semaines de cauchemar me serviront surement dans 10 ans et me permettront d'affronter qqchose de beaucoup plus grand, et j'aurais la force de le faire parcequ'aujourd'hui plus rien ne me parait compliqué. Je ne réfléchis plus, j'agis, je ne fuis plus, je fais ce que j'ai à faire, c'est tout.

Fin de l'histoire:
La prod me deteste, Hà essai de la raisonner mais rien n'y fait. Dans le même temps, le cameraman fait un autre shooting et un très bon montage, il recupère le projet...Je comprends qu'il a saboté mon film, que je me suis fait mettre comme c'est pas permis, la prod decide que pour mon tournage en fait, s'il a été nul c'est parceque ma mise en scène était nulle et que je n'ai pas su le diriger, mais je m'en fou, Hà me dit que rien ne change, qu'elle a toujours confiance en mon travail et que notre amitié n'est en rien touché même si la prod dit des choses horribles sur moi. Je passe mon après-midi à faire la planche seule dans ma piscine, à regarder le ciel, à me vider de toute cette merde et à me remplir de nouveau.

Morale de l'histoire:
J'ai perdu un contrat de rêve mais je me sens soulagée, je n'aurais pas pu passer un an avec la productrice qui s'avère incapable de comprendre quoique ce soit. Mon amitié avec Hà est plus forte que jamais. Je me suis prouvée des choses à moi-même, j'en sors totalement grandie et sage. J'ai manqué à Henri qui est remonté à fond pour qu'on bosse ensemble de nouveau.
J'ai créé une direction artistique pour shooter Hà. On fait ça la semaine prochaine, j'ai trouvé un super concept, je me sens plus créative que jamais. J'ai envie qu'Augustus fasse un making of et je vais l'envoyer à mes contacts de fashion tv et c'est reparti dans le monde de la mode!
Le gars pour qui j'ai fait un tournage à Dalat veut que j'y retourne la semaine prochaine...
Je perds la stabilité d'un contrat d'un an mais je me rends compte que j'ai encore plein de choses à faire, que j'en ai sous la semelle... :)
La prod connait bcp de monde, elle va me griller, je suis prête à en payer le prix, je reste au Vietnam, je dois me relever de ça parcequ'ensuite, je serai invincible.
Rien n'arrive par hasard. Le verre d'eau renversé d'un côté rempli autre chose d'un autre. Les effets papillons sont pour moi le fonctionnement de la vie. Mes plus belles rencontres ont toujours été par accident...Un bus raté est toujours un détail qui change tout, on est sujet à ça constamment. Tout est une question de point de vue sur le monde(le soleil dans la tête on ne voit rien, on pivote de 180 degré et là tout est clair le soleil illumine l'objet, on voit parfaitement, le tout est d'avoir la force de se retourner), et puis si l'on regarde chaques étapes comme une façon de mieux aborder la suivante, que l'on prend chaque épreuve comme un entrainement pour mieux gérer les problèmes de demain, rien ne peut nous arrêter...Ce qui ne me tue pas aujourd'hui me permet en fait d''affronter demain. Il a toujours un effet rétro qui fait qu'on est pas forcement lucide le jour-même de l'importance de l'épreuve que l'on vit pour les évènements à venir. J'ai toujours su chaque fois qu'il m'arrivait un truc pourri que ça me servirait plus tard, que je devais l'absorber au fond de moi et le digérer pour en faire qqchose de productif plutôt que de me morfondre dans mon chagrin.Sinon, ça m'aurait tué, où aurait été l'interet de survivre, plutôt mourir que de ne pas avancer en utilisant les clefs du passé. Si l'on peut se relever, ce n'est pas pour rien...

Et mon ordi est vivant....Le jour où j'ai dit bye à la prod il est revenu à la vie...Je crois qu'il n'y a vraiment pas de hasards, ce projet n'était pas pour moi, c'est tout. C'est dur mais je suis convaincue que toutes ces merdes incroyables n'ont formé qu'une barrière protectrice autour de moi.

Je me sens bien.

I am back!!! :)

13 commentaires:

bébésoeur a dit…

ben dis donc quelle aventure! a te lire j étai a fond dedans! ca m a bcq touché mais bon la force avec laquelle t as surmonter ca me fait du bien car j t avoue que le cameraman viet j lui aurait bien eclater la tronche si j avai été là...
bref comme tu dis surement que c était pas pour toi y a une raison a tout et ca te fait avancer et aussi voir les gens sur qui tu peux vraiment compter et et ca c est super imprtant!
t es bien entouré donc tu vas te relever j ai confiance..
j t embrasse très fort ma soeur
bon courage à toi et merci a tes amis d etre là...

lulu a dit…

Bravo Jen tu es la meilleure!!

J'adore ta sagesse et ta philosophie!!Bien sûr que tu vas faire mieux j'en suis sûre !eh!oui les épreuves ne sont pas là par hasard et ce qui compte c'est de s'en sortir.
Je te fais d'énormes bisous.

Ta maman qui t'aime et ne cessera jamais de croire en toi!!

Nemmy a dit…

Ca fait plaisir d'être soutenue par sa famille.
Merci aussi à mes amis qui 'menvoient des mails de soutien.
Je poste ici qq trucs sympas qui m'ont été envoyé. J'ai eu droit plusieurs fois à la comparaison de ma vie du moment avec un mauvais épisode d'Ugly Betty(ça me fait plaisir de voir qu'autant de gens y ont jeté un oeil!Betty, l'essayer, c'est l'adopter).
On m'a également proposé de faire un concept de contre-soirée dans le domaine de la télé. C'est une très bonne idée, je vais essayer de pécho les 52 stars et de le faire jouer pour moi...C'est impossible mais l'idée est interessante. :D
J'ai reçu plusieurs candidatures spontanées pour un emploi de tueur à gage. Je vais y réfléchir...En tout cas merci pour votre soutien, c'est dans ces moments-là qu'on voit qui sont nos vrais amis. :)
C'est donc necessaire parfois...

vin100tim a dit…

Je suis vraiment admiratif de ton courage et de ta volonté de t'en sortir. Mais tu as 1000 fois raison quand tu dis que rien ne se passe par hasard. C'est peut-être très douloureux sur le moment de vivre des moments aussi pénibles, où tu as l'impression que la terre entière t'en veux et où tu n'as envie que de te cacher au fond d'une grotte pour ne plus jamais en ressortir. Mais c'est pourtant ce genre de situations qui te font changer, qui te font évoluer, qui te font "grandir".
Je te souhaite encore beaucoup de courage pour la suite et j'espère de ton mon coeur que tes futurs projets pourront enfin se concrétiser avec plus de sérénité.

Nemmy a dit…

Merci, ça me touche, mais ne vous inquiétez pas, moralement je vais très bien, j'ai des nerfs d'acier maintenant et plus rien ne me semble compliqué, ni ne m'énerve, je deviens très patiente et calme...
Tiens, un exemple concret, pas plus tard qu'hier soir, mon air conditionné est tombée en panne...Ben, je me suis dit tant pis, je vais mourir de chaud cette nuit, mais c'est pas grave, ça va me faire éliminer 10 litres d'eau et je n'en apprécierais que plus la piscine privée le lendemain matin et ça m'a même rendue heureuse de n'avoir personne dans mon lit ce soir-là, vous imaginez?
Oui la biscotte tombe du côté de la confiture, mais si on l'enlève, il reste le beurre et a-t-on vraiment besoin de confiture quand on a déjà du beurre, je vous le demande!

Benjamin a dit…

Ce qui est sûr, c'est qu'apparemment, tu n'as absolument pas changé.

Natacha a dit…

salut ma soeur !!

j'ai enfin lu toute l'histoire !!
bon ben félicitations pour la morale, en esperant effectivement que cela te serve pour les prochains projets. Pas facile de se remettre en question et de reconnaître ses torts dans une histoire pareille, mais le tout est de savoir ce que tu ne feras plus ou différement et on dirait que tu as compris cela.
Bisous et bon courage.

Gulli a dit…

Ah ah j'adore ces moments où le sort s'acharne sur nous, jusqu'au moment où on touche le fond et que l'on pense que ca ne peut qu'aller mieux. Sauf qu'il y a generalement encore un étage en dessous dont on ne soupconnait pas l'existence. Et là on rit (jaune) tellement c'est pathétique. Et après ca va mieux.

jenny depuis le Highland coffee a dit…

Alors, en vrac, qui est Benjamin, si c est celui que je crois, je dirais que je suis a des annes lumieres de ce que j etais quand on se connaissait et que je ne vois pas l interet ni la pertinence du commentaire. Les gens qui pensent nous avoir connu si bien et nous connaitre encore aujourd hui si bien alors qu on ne s est pas parle depuis des annes, c est agacant et un tantinet pretencieux. Neanmoins, c est le debut de la celebrite! Mouah,ah,ah!

Tu as raison Juju, l etage du dessous c etait de me faire hijacker mon ordi pendant que je le faisais reparer!!! AHAHAHAHAH! *rire jaune*

Bon, cela dit, j ai ete contacte par un producteur executif pour trois differents projets televisuels dont un ENORMEUX. C est la version vietnamienne d un concep ricain mega connu...Mais je dis rien pour l instant c est confidentiel... :D

L histoire avec la prod semble loin deja . J ai beaucoup beaucoup appris de cette histoire et plus rien ne m enerve...C est fou, ca ne me viens plus a l idee de gueuler pour un rien... :)

Oulan a dit…

Allez, je poste enfin un commentaire... Bon, je dois dire que quand j'ai commencer à lire ton récit, j'attendais avec impatience la "bonne fin"...qui n'est jamais arrivé =/ En tout cas, maintenant tout reste à faire et t'auras sûrement d'autres choses à prouver mais je te fais confiance pour rebondir ! Ugly Betty powaa ^^

mads_in_HK a dit…

tain nemmy je pars 3 semaines et voila ce qui arrive....

contente de voir que t as la force avec toi, que t as rien lache et que t as pas trace ta route back in france....

tu as forcement raison, le destin t a montre que ce projet etait pas pour toi...mais que l asie c est pour nous.

je t embrasse crevette frite.

ps : bon alors hong kong, tu viens quand? :)

Nemmy a dit…

T'es rentrée, ça c'est une bonne nouvelle!
Ben écoute, je pense faire un tour à HK dans peu de temps, j'ai trouvé un moyen d'avoir des billets d'avion gratuits! :D
Je vais participer au lancement d'une nouvelle marque de fringues donc il est évident que pour des raisons matérielles un petit tour en Chine pour évaluer le prix du matériel s'impose! :)

Bon, contente de voir que t'es motivée par l'Asie!!!Je te sentais un peu écoeurée, ça m'inquiètait...

Nemmy a dit…

Message pour Pauline:

Il y avait un happy end!Et un très gros! Le triomphe de la volonté meuf!
T'es passée à côté, je le crois pas! o_O